Panier d'achat

Votre panier est vide

Poursuivre les achats

Le trouble de déficit d’attention – de plus en plus diagnostiqué au Québec

LE TROUBLE DE DÉFICIT D'ATTENTION – DE PLUS EN PLUS DIAGNOSTIQUÉ AU QUÉBEC

 

Le trouble de déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA-H) est  très diagnostiqué au Québec. Les médecins prescrivent de plus en plus de Ritalin®. Au Canada, le nombre d’ordonnances a été multiplié par 5 de 1990 à 1997. Il a aussi doublé entre 2001 et 2008. De 2007 à 2008 seulement, il y a eu hausse de 14 %. Heureusement, il y a de l’espoir du côté des approches de médecines complémentaires doublées de la conscience que chaque enfant est unique dans sa capacité d’apprentissage.  Tout d’abord, regardons ce qu’il en est avec le traitement conventionnel, la symptomatologie, le diagnostic et les causes et facteurs de risque.

 

Il s’agit du trouble neurocomportemental le plus fréquent chez les enfants : de 5 % à 10 % d’entre eux en seraient atteints.

 

Les trois principales caractéristiques du TDAH sont l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité. Plusieurs symptômes y sont associés : une difficulté à être attentif de façon soutenue à une tâche ou une activité particulière avec effort, une tendance à courir et à grimper partout, des erreurs d’inattention dans les devoirs et les travaux scolaires, une tendance à être très facilement distrait, une tendance à parler beaucoup et une difficulté à rester assis en classe ou ailleurs.

 

Diagnostic

Pour confirmer le diagnostic, un test psychologique et neuropsychologique doit être fait. De plus :

  • Certains symptômes, décris plus hauts, doivent être présents avant l’âge de 7 ans;
  • Les symptômes doivent se manifester autant à la maison qu’à la garderie ou à l’école, bien que leur intensité puisse varier d’un lieu à l’autre;
  • Les symptômes doivent être présents depuis au moins 6 mois.

 

Cause biochimique et facteurs de risques

Le TDAH serait causé par une anomalie cérébrale et un déséquilibre dans les taux de certains messagers chimiques (neurotransmetteurs) dans le cerveau, comme la dopamine et la norépinéphrine suite à la présence de facteurs qui contribuent à l’apparition du syndrome. Les éléments suivants sont des facteurs de risque :

  • La consommation de tabac, d’alcool et de drogues durant la grossesse ;
  • L’exposition aux pesticides ou à d’autres produits toxiques comme les PBC ou les phtalates ;
  • Une intoxication au plomb durant l’enfance ;
  • Certains aliments et additifs alimentaires.

 

Le facteur alimentaire

Les additifs alimentaires, le sucre et des intolérances alimentaires sont aussi pointés du doigt. Une carence en acide gras oméga-3, en certains minéraux et vitamines est aussi vraisemblable. C’est ce que nous verrons dans des articles exclusivement consacrés à l’alimentation et le TDAH.